Le Suppléamt : chapitre 2.5

Publié le 13 Juillet 2017

-C'est beau la spécialisation, reprit le Suppléant, mais ça requiert une condition primordiale que vous ne devez pas ignorer.

 

-Quoi, quoi, monsieur ?

 

-La méthode, mes amis, la méthode.

 

-On sait tout ça ! Mais le cours avance, on est pressé !...

 

-N'oubliez pas les gars, que les moteurs c'est comme... c'est comme...

 

-LES FEMMES !...

 

-Il faut donc... procéder avec de la méthode...

 

-Faites ça vite les explications, rugit un petit baquet, parce que si la cloche sonne avant qu'on ait eu le temps de remonter le moteur, je m'en vais vous descendre un coup de ce wrench-là sur la tête.

 

L'étudiant brandissait une clé anglaise au visage du Suppléant.

 

Celui-ci convint de passer à la pratique.

 

-Euh !... Eh bien, euh !... Je vous fais confiance, je vous fais confiance pour la méthode. Allez-y !

 

Les étudiants se ruèrent comme des enragés sur le moteur ; en deux temps trois mouvements il se retrouva en pièces détachées. Vraiment ils n'étaient pas payés au tarif horaire. Le Suppléant était en proie à un pénible dilemme, lui qui avait étudié principalement les Lettres en vue un jour d’enseigner cette matière qu’il aimait tant, se voyait parachuté dans une classe pour y enseigner la mécanique. La mécanique ! Il n’y connaissait strictement rien. Aussi tandis qu’il faisait semblant de regarder travailler ses étudiants, il scruta les diagrammes et dessins collés au mur de la classe. On y voyait la description des pièces d’un moteur, d’une transmission et du châssis d’une voiture. Hélas, il n’y comprenait toujours pas grand-chose. C’est alors que Grosse Tête s’amena.

 

-Monsieur le Suppléant, je pense que se serait une bonne idée de commencer à remonter le moteur de monsieur Richard. C’est un peu de notre faute ce qui est arrivé, vous savez ?

 

-Oui, bien sûr, remonter le moteur, reprit sans enthousiasme le Suppléant. Oui, il faudrait le remonter !

 

-Oui, clama la classe, remontons, remontons !

 

-Alors, fit-il, où est le moteur ?

 

-Juste devant vous, répondit la classe.

 

-Oui, fit le Suppléant qui ne le reconnut pas. Bien, alors qu’est-ce qu’il lui manque ?

 

Grosse Tête montra toutes les pièces autour du moteur et les nouvelles pièces qu’apportait tout un à chacun.

 

-Bien, fit le Suppléant. Remontons alors.

 

Et tout le groupe se mit à remonter le tout illico.

 

Le Suppléant, médusé, regarda la bande de jeunes gens s’affairer à reposer les nouvelles pièces, les uns sifflotant, les autres chantonnant comme s’ils avaient fait ce métier toute leur vie. Un esprit de collaboration animait le groupe tandis que certains sous le véhicule recevaient des mains de leurs comparses la clé à molette avec la douille requise pour boulonner tantôt le démarreur, tantôt l’alternateur et ainsi de suite pièce après pièce jusqu’au montage final qui à peine une demi-heure plus tard survint.

 

Un seul doute tourmentait le groupe d’apprenti mécano soudainement arrêté devant l’ajustement du "timing chain", la chaîne qui permettait l’explosion de chacun des cylindres au bon moment. Inutile de dire que de sérieux problèmes peuvent subvenir à un moteur mal ajusté.

 

Tous les regards convergèrent vers le maître des lieux : Grosse Tête, évidemment.

 

Rédigé par Robert Alair

Publié dans #Le Suppléant

Repost 0
Commenter cet article