La strappe : suite 2

Publié le 31 Mars 2017

 

- Alors ? Tu l’as vu, oui ou merde ?

- Que… que… quoi ?

- Ma strappe.

- Ha ! Euh ! Non.

- Ah oui ! J’ai dû la laisser tomber dans l’escalier du deuxième.

- Ha !

- Alors, va me la chercher.

- Là ?

- Oui, au deuxième.

 

Quel enfoiré, cet ecclésiastique de mes deux ! La voilà ma chance de déguerpir. J’hésitais tout de même à m’enfuir. Cela fait un peu lâche. Je me disais qu’à mon retour, demain, la situation serait pire. Cet imbécile ne m’oublierait certainement pas.

 

La strappe * (communément appelé : la banane) trainait sur les marches entre le premier et le deuxième étage, comme il me l’avait dit. Cette maudite courroie mesurait 25 cm par 8. L’envie de la jeter aux rebuts ou de tout simplement annoncer au frère que je ne l’avais pas trouvé me tourmentait. Quel crétin je faisais ! Il fallait la foutre dans la première poubelle disponible et justement j’en croisais une. Ha ! De longues minutes d'hésitation me tenaillaient. Mais non ! Me voilà en bon petit bonhomme de la quatrième B descendant avec entre les mains cet outil de torture, accessoire qui servira à mon dressage. Chaque pas s’alourdissait tandis que je languissais sur chaque palier, jonglant avec tous les scénarios me permettant d’échapper à mon triste sort. Le représentant de l’autorité n’était pas surpris de me voir arriver avec l’instrument punitif.

 

- Bien ! Elle était bien où je t’ai dit ?

- Oui.

- Alors tu as compris pourquoi tu es puni.

- …

- Je te parle.

- Heu ! Oui.

- La prochaine fois que tu entendras le sifflet, tu vas faire quoi ?

- Je vais m’arrêter.

- Je vais m’arrêter… monsieur...

- Monsieur le préfet.

- Tu vas faire quoi ?

- Je vais stopper… monsieur le préfet.

- Bien ! Alors, donne ta main.

 

Je présentai ma main songeant que ce ne sera pas si terrible.

 

- Plus haut.

- Hein ?

- Lève plus haut.

 

Ce premier coup m’interpella. Le pincement que produisit ce morceau de caoutchouc sur ma main ouverte m’horrifia.

 

- Lève ta main.

- Quoi !

- Lève ta main, c’est pas fini.

 

 

Suite demain.

Rédigé par Robert Alair

Publié dans #La strappe

Repost 0
Commenter cet article