Imbroglio au sujet de la vente d'armement vendue par Ari.

Publié le 18 Février 2017

 

- Tu trouves ça normal, toi, dit le Somalien, que la marchandise que tu as payée soit livrée à des tiers ?

- Voyons Jadmir, essaya d’expliquer Ari, nous n’avons jamais vendu les armes à tes rivaux et tu le sais. C’est un concours de circonstances malheureux tout simplement.

- HA ! Parce que tu joues au philosophe pendant que mes hommes se font tuer.

- Ne prends pas ça personnellement Jadmir.

- Je le prends comment alors ? Comme une contribution au patrimoine de mes ennemis ?

- Tu as mauvaise volonté, là. Nous avons fait tout ce que nous pouvions dans un contexte très difficile…

- Ton possible a été pour nous, une catastrophe.

- Je comprends, mais je suis impuissant dans de pareilles circonstances.

- Tu pourrais au moins nous dédommager.

- Non. Nous avons livré les armes.

- Dans les mains de mes ennemis, tu veux dire.

- Ce n’est pas de notre faute si vous n’avez pas été capable d’assurer vos positions et que nous sommes tombés dans un traquenard.

 

Chapitre 81 du Princess Dream.

Rédigé par Robert Alair

Publié dans #Le Princess Dream

Repost 0
Commenter cet article

Fabymary POPPINS 19/02/2017 17:26

Hihi, je vais en emprunter des armes pour ou plutôt contre mon charmant ex gendre qui ne se calme décidemment pas, bisous

Robert Alair 19/02/2017 19:09

Hélas ! Avec Ari Amy, il faut commander à la caisse seulement. Voilà qui risque d'alerter tes nouveaux voisins...