On dirait l'entrée des catacombes.

Publié le 29 Janvier 2017

Pourquoi Ari fait-il visiter ce sombre lieu à Claudi ?

 

 

À quelques mètres de la piste d’atterrissage, un escalier semi-circulaire, façonné dans de la pierre dégrossie, déroulait ses marches éclairées par des lampadaires, illuminés par des bougies de paraffine. L’impression de descendre au donjon du château de Dracula créait un effet magique et inquiétant. Devant la dernière marche, une large porte de bois de chêne orné d'un métal ouvré n’offrait pas d’autres choix qu’un cul-de-sac.

 

Ari actionna l’imposant balancier qui servait de sonnette tandis que l’écho assourdissant prolongeait le bruit en vagues sinistres. Au bout d’un interminable moment, marqué d’une fiévreuse impatience de la part de Claudi, un regard à même le portail apparut. Une voix lugubre lâcha :

 

- Qui est là ?

- C’est Ari, dit fermement Ariboudine.

 

Un lourd gond résonna de l’autre côté de la porte. On entendit un laborieux grincement. Un moine émergea de l’ombre. Il était revêtu d’une longue cape grise le recouvrant de la tête au pied. Il fit un geste pour les inciter à le suivre. Claudi se sentit vraiment dans ses petits souliers alors qu’Ari lui prit la main pour la réconforter. Elle songea que cette charmante invitation lui faisait peut-être courir des risques qu’elle regretterait plus tard. Ils débouchèrent dans une large salle circulaire au plafond très haut. Un gigantesque candélabre retenu par des chaînes éclairait très faiblement l’obscurité qui régnait en ce lieu. Soudain, Claudi eut la certitude qu'elle tournait. Elle bravait sa peur et chaque instant qui passait le confirmait : cette pièce pivotait réellement sur elle-même. Son regard interrogea celui d’Ari qui lui fit signe du doigt devant sa bouche. Puis un craquement sinistre crispa l’atmosphère et le mouvement giratoire cessa. Brusquement, deux portes s’ouvrirent en même temps cédant, cette fois, le chemin à deux moines. Ces derniers exhibaient entre leurs mains des capes identiques à celles qu’ils portaient.

 

- Mettez-les par-dessus vos vêtements. Dirent-ils presque simultanément en les dépliant.

 

Sans un mot, ils enfilèrent les larges toges. Le capuchon leur descendait pratiquement par-dessus le champ de vision, si bien que c’est guidé par les pas de leurs hôtes qu’ils longèrent un long corridor obscur les menant à une autre pièce toujours aussi sombre. Claudi songea que sa témérité à suivre ce monsieur Amy allait peut-être concourir à sa perte. La peur de se trouver prisonnière en ces lieux habitait à présent son âme. Elle payait chèrement son excès d'audace. Elle ne doutait même plus de l’imminence d’être à la merci d’un vampire. La fuite lui semblait la seule option envisageable. Ce bonhomme n’était-il qu’un monstre ?

 

Pour apprécier cette visite, commandez le Princess Dream.

Rédigé par Robert Alair

Publié dans #Le Princess Dream

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article