L'euphorie se communique.

Publié le 30 Janvier 2017

 

Finalement, et à la grande surprise de Claudi, le pilote amorça une vertigineuse descente vers ce yacht absolument magnifique et qui à lui seul illuminait les quais plus que tous les autres. L’hélico tournoyait, tel un danseur de ballet, en direction de sa piste d’atterrissage sur le pont arrière du Princess Dream, offrant une vision panoramique alors que, tout autour, une symphonie de lumières scintillantes émergeait de la marina, de ses bateaux et de la mer qui réfléchissait tout. La machine volante se cabra à la toute dernière minute pour atterrir délicatement dans un ultime demi-tour sur elle-même et toucher son stationnement comme un aigle se posant sur son nid. Ari triomphait. Claudi n’en croyait pas ses yeux. Les exclamations de joies qu’elle articulait devant le spectacle étaient irrésistiblement drôles. L’euphorie qu’elle engendrait communiquait une intense exaltation auprès de son cavalier. Il fallait les voir sortir de l'hélicoptère, pris d’un fou rire incontrôlable. Le patron ne se souvenait pas d’avoir autant ri. Se tenant par la taille, les deux nouveaux amis eurent l’impression de marcher sur un nuage vers les doubles portes ouvertes qui les attendaient. Ari, complètement ébloui, en bavait de plaisir.

Rédigé par Robert Alair

Publié dans #Le Princess Dream

Repost 0
Commenter cet article