Au sujet du Princess Dream.

Publié le 15 Janvier 2017

 

La réputation du Princess Dream le précède jusqu'à Bocagrande à Carthagène en Colombie.

Lisez cet extrait :

Pour l’heure, le Princess Dream, accosté au quai, faisait rêver les mille et un curieux qui l’admiraient. Bien qu’il n’en fût pas à sa première visite en Colombie, le yacht aux couleurs rouges et blanches ne manquait pas d’attirer l’attention. Certes, le bateau figurait en tête de liste des attractions à aller applaudir, lorsqu’il s’affichait en vedette dans un port, mais ici c’était un spectacle. On assista rapidement à une bataille rangée de photographes professionnels, tout autant que d’amateurs, se disputant les meilleures places, dès que la nouvelle de la venue du superyacht parcourut la ville. Les services d’ordre établirent à toute vitesse un cordon de sécurité pour ne pas se faire dépasser par le rassemblement et voir un badaud basculer dans les eaux polluées, comme cela se produisit lors de sa dernière visite. Ce monument des flots s’affichait comme la primeur de la semaine, si ce n’est celle du mois, dans ce coin de pays. Les journaux en brodaient leurs choux gras, chacun y allant de leurs prétendues indiscrétions sur les voyages du Princess Dream et la vie de ses propriétaires. On lisait, dès le lendemain, à la une des quotidiens et magazines à potins, toutes sortes d’histoires plus invraisemblables les unes que les autres. Certains inventaient que le yacht appartenait à Paul McCartney, d’autres affirmaient que Bill Gates ou Warren Buffet s’en servaient comme hôtel, plusieurs croyaient que Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook, engouffrait sa fortune dans ce jouet. On a juré avoir vu Madonna et même Céline Dion, à bord. Tous ces ragots amusaient beaucoup Ari qui envoyait à chaque fois un émissaire quérir tous ces papiers. Il rigolait beaucoup de toutes les inepties qu’on y trouvait à lire et à regarder au sujet de son bateau.

 

 

Rédigé par Robert Alair

Publié dans #Le Princess Dream

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article